Communiqué de presse concernant le Prix Nobel de la Paix pour Dr Denis Mukwege

« Les États doivent tracer une ligne rouge. Agir est une question de volonté politique. »

Oslo (10 Décembre 2018) – Dans son discours d’acceptation du Prix Nobel de la Paix 2018, Dr Denis Mukwege, gynécologue mondialement reconnu, défenseur des droits humains et fondateur de l’Hôpital et la Fondation Panzi en République Démocratique du Congo (RDC), a exhorté les dirigeants et les citoyens du monde à agir contre les violences sexuelles en conflit. « Ce ne sont pas seulement les auteurs de violences qui sont responsables de leurs crimes, mais aussi ceux qui choisissent de détourner le regard. »

Le Prix Nobel de la Paix 2018 a été décerné à Dr Mukwege, ainsi qu’à Nadia Murad, une activiste Yézidi du nord de l’Iraq, pour leurs efforts pour mettre fin à l’utilisation du viol comme arme de guerre. Dans son discours, Dr Mukwege a dédié cet honneur aux survivantes de violences sexuelles au Congo et autour du monde : « Le prix Nobel de la Paix qui nous est décerné aujourd’hui n’aura de valeur réelle que s’il peut changer concrètement la vie des victimes de violences sexuelles de par le monde et contribuer à ramener la paix dans nos pays. »

Reconnaissance, soutien et réparations pour les survivantes de violences sexuelles
Il a tiré la sonnette d’alarme quant au niveau élevé de violences sexuelles au Congo qui ciblent de plus en plus les bébés et les enfants. Depuis la création de l’Hôpital de Panzi en 1999, Dr Mukwege et son équipe ont soigné plus de 50’000 victimes de violences sexuelles au Congo en fournissant, non seulement des soins médicaux, mais également un soutien psychologique, juridique et socioéconomique.

Dr Mukwege a déclaré que, grâce à cette approche holistique, les victimes peuvent transformer leur douleur en pouvoir et « peuvent devenir des actrices de changement positif dans la société. »

Il a aussi expliqué qu’il est crucial de reconnaître les victimes de violences sexuelles et de leur octroyer des réparations pour le crime subi. « Ces mesures qui leur donnent compensation et satisfaction et leur permettent de commencer une nouvelle vie. » Dr Mukwege a plaidé pour l’établissement d’un fonds mondial de réparations pour les victimes de violences sexuelles en conflit.

La communauté internationale doit tirer une ligne rouge contre le viol comme arme de guerre
Dr Mukwege a appelé les gouvernements à envoyer des messages clairs contre l’utilisation du viol comme arme de guerre. « [Les États doivent cesser] d’accueillir les dirigeants qui ont toléré, ou pire, utilisé la violence sexuelle pour accéder au pouvoir. » Il a imploré la communauté internationale à refuser d’accorder des visas aux auteurs, à les sanctionner et à les amener devant les tribunaux internationaux. « Poser un acte juste n’est pas difficile », dit-il en s’adressant aux gouvernements autour du monde, « c’est une question de volonté politique ».

Il explique que les consommateurs ont également un rôle à jouer. La richesse des sols congolais en ressources naturelles, tels que l’or, le coltan, le cobalt et d’autres minéraux nécessaires à la production d’appareils électroniques, est une des causes majeures à l’origine de la guerre et de l’extrême violence en cours à l’Est du Congo. « En conduisant votre voiture électrique, en utilisant votre smartphone ou en admirant vos bijoux, réfléchissez un instant au coût humain de la fabrication de ces objets, » dit-il. « Nous avons tous le pouvoir de changer le cours de l’Histoire lorsque les convictions pour lesquelles nous nous battons sont justes. »

Appel à la paix au Congo
Dr Mukwege a vigoureusement plaidé pour la paix dans son pays, la République Démocratique du Congo, où environ quatre millions de personnes ont été tuées durant plus de deux décennies de combat. Il appelle ses compatriotes congolais à bâtir un pays fondé sur l’état de droit et où la dignité des citoyens est restaurée.

Dr Mukwege a également appelé la communauté internationale à mettre en pratique les recommandations faites dans un rapport mapping du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme, qui est en ce moment en train « de moisir dans le tiroir d’un bureau à New York ». Ce rapport rédigé en 2010 à l’issue d’une longue enquête répertorie les violations les plus graves des droits humains et du droit humanitaire international commises en RDC entre 1993 et 2003. Mukwege explique que temps que les auteurs demeureront impunis et qu’il n’y aura pas d’efforts de vérité et réconciliation au Congo, il n’y aura pas de paix durable.

Mukwege : « Avec ce prix Nobel de la Paix, j’appelle le monde à être témoin et je vous exhorte à vous joindre à nous pour mettre fin à cette souffrance qui fait honte à notre humanité commune. »

 

 

Informations de fond
En 1999, Dr Denis Mukwege a fondé l’Hôpital Panzi à Bukavu, dans le Sud-Kivu, dans le but que cela devienne un centre de santé maternelle. Lorsque la guerre a éclaté peu de temps après, ses premières patientes furent des survivantes de viols et de violences sexuelles extrêmes, dont les organes reproducteurs avaient été détruits. Ces cas sont rapidement devenus la norme. Aujourd’hui, Dr Mukwege et son équipe sont des experts de premier plan dans le traitement des victimes de viol. L’Hôpital et la Fondation Panzi RDC fournissent des soins médicaux et psychosociaux, une assistance juridique et un soutien socio-économique aux victimes de violences sexuelles.

Aux États-Unis, l’approche du Dr Mukwege est promue par la Fondation Panzi USA, qui fournit un soutien financier à l’Hôpital et à la Fondation Panzi RDC et plaide pour la fin des violences sexuelles au Congo.

La Fondation Dr. Denis Mukwege soutient son travail à l’international et a pour objectif de mettre fin au viol comme arme de guerre dans les conflits partout dans le monde. Basée aux Pays-Bas, l’organisation de défense des droits humains fait campagne avec les membres du Réseau Mondial des Survivantespour défendre leurs droits et collabore avec les gouvernements et d’autres ONG pour améliorer l’accès aux soins et aux réparations. En collaboration avec son conseiller spécial, Dr Denis Mukwege, la Fondation œuvre pour un avenir où les survivantes du monde entier recevront les soins holistiques dont elles ont besoin et obtiendront réparation ; un avenir où elles auront la liberté de s’exprimer et de s’organiser à l’échelle mondiale pour mettre fin à la violence sexuelle en temps de guerre.